Après nos premiers jours en Argentine, la ville a eu raison de nous et on a rapidement eu envie de retrouver les grands espaces, la montagne et les paysages. De Mendoza, on a donc pris la route direction Uspallata, l’une des dernières villes sur la route de la Cordillère des Andes en direction du Chili. Un périple qui nous a permis de découvrir de belles randonnées et des lieux qu’on a adorés. On vous parle de tout ça tout de suite !

Uspallata, au bord de la Cordillère

Partis de Mendoza, nous avons donc pris la route vers Uspallata, puisque le village permet de rejoindre facilement plusieurs sites à découvrir dans ses alentours, et qu’il se trouve sur la route pour découvrir l’Aconcagua. Il ne nous a fallu que quelques kilomètres pour retrouver les paysages complètement sauvages qu’on avait tellement aimés à notre arrivée en Argentine. En revanche, les routes d’Argentine ne sont pas toujours en très bon état. Il nous faut toujours être attentifs lorsqu’on roule, éviter les nids de poule (et même plutôt les cratères parfois), et ce n’est pas de tout repos. On croise d’ailleurs un camion retourné sur le bas côté, qui nous rappelle que les routes ne sont pas les plus sûres, et surtout que les Argentins (mais c’était aussi vrai au Chili) n’ont pas pour habitude de respecter les limitations de vitesse. Mais surtout, sur la route vers Uspallata, on aperçoit de grands lacs, des rivières sur lesquelles on voit quelques aventuriers faire du rafting et les montagnes, qui s’approchent de plus en plus. Et on se reprend à rêver.

Roadtrip dans la Cordillère des Andes avec un chien

Lorsqu’on arrive à Uspallata, on découvre un petit village: à peine 3.000 habitants, juste deux routes qui se croisent, quelques magasins, une école, une église. Mais surtout, un village entouré par des montagnes très colorées! On trouve très rapidement un endroit où stationner près d’une station essence pour profiter des commodités. On rejoint alors l’office du tourisme pour découvrir les alentours en espérant qu’il y ait quelques randonnées à faire. Là, on nous explique qu’il y a effectivement plusieurs sentiers à parcourir, et qu’ils sont en plus autorisés aux chiens ! On tient notre programme pour les jours qui viennent !

A savoir

Dans le village d’Uspallata, vous pouvez trouver le restaurant Tibet Café Bar, un petit resto en honneur au tournage de 7 ans au Tibet, qui s’est déroulé dans les alentours! Si vous êtes fans du film, jetez-y un oeil

Après un repas qu’on prend sur les tables mises à disposition devant l’office du tourisme, on décide de partir faire une première randonnée toute proche, le Cerro de la Cruz. Si les nuages sont un peu menaçants, on s’aperçoit rapidement que l’ascension ne prendra pas plus d’une bonne heure. En revanche, le chemin est très mal balisé, et on a sans doute emprunté à plusieurs reprises des pistes qui n’étaient pas les bonnes. On s’aperçoit finalement rapidement qu’il s’agit en fait d’un chemin de croix, et qu’il faut essayer de les suivre pour s’y retrouver. La montée est l’occasion pour Hyouki de courir et de nous montrer qu’elle est beaucoup plus stable que nous. Elle faisait plaisir à voir !

Randonnée Chien Amérique du Sud Cerro de la Cruz

Voyager avec un chien en Argentine, roadtrip à Uspallata

Arrivés au sommet, on profite d’une magnifique vue sur Uspallata et la vallée, même si les nuages nous empêchent de voir très loin. On aperçoit aussi une autre montagne magnifique, pleine de couleurs, dont on avait parlé lors de notre visite à l’office du tourisme : le Cerro de los 7 colores ! Ça sera notre prochaine étape !

Randonnées à Uspallata, que faire à Uspallata

Cerro Los Siete Colores Uspallata

Comme prévu, le lendemain matin, on part hyper motivés pour le Cerro. On a vraiment envie de découvrir cet endroit qu’on a juste aperçu. Il faut faire quelques km en partant d’Uspallata sur une route de terre et de cailloux pour rejoindre le début de la randonnée. En arrivant, on prend une première claque devant les couleurs. La montagne porte bien son nom!

Cerro de los 7 colores Uspallata, randonnées et couleurs

En revanche, comme la veille, aucun panneau. L’itinéraire n’est pas du tout balisé. On regarde sur notre GPS, on essaie de trouver ce qui ressemble à une petite piste. Dix bonnes minutes plus tard, on découvre ce qu’on pense être le début de la rando! On avance et on se perd dans cette montagne. On n’a plus l’impression d’être sur Terre à ce moment là, tant les paysages et les couleurs sont irréels. Presque lunaires, ou martiens!

Randonnée magnifique Uspallata Cordillères avec un chien

Les chemins sont étroits, les pentes de chaque côté assez fortes. Je m’inquiète un peu pour Hyouki, qui a tendance à aller et venir en courant sur ces petites voies. Mais encore une fois, elle est franchement plus souple et à l’aise que nous, même sans chaussures! On avance, et à chaque fois qu’on arrive à la fin d’une côte, on ressent l’effet WOOAH!

Trek avec un chien Amérique du Sud

Trek chien Cordillère des Andes

Du jaunes, du blanc, du orange, du vert, du rouge, du gris et le bleu du ciel: on compte bien 7 couleurs !

Cerro de los 7 colores, lunaires et magnifiques

Après presque 2h de marche, et alors que les nuages approchent, la randonnée se corse. Il faut porter Hyouki pour descendre des creux d’un mètre, la montagne s’est resserrée et la piste est un peu plus humide, presque glissante. On poursuit malgré tout, puisque le GPS nous indique bien que la randonnée est en fait une boucle. Mais 30 minutes plus tard et alors qu’on pense avoir bientôt terminé, on est obligés de rebrousser chemin : pour poursuivre, il nous faudrait descendre une crevasse de 4 ou 5 mètres. Impossible sans équipement, et surtout, avec Hyouki. On repart alors sur nos pas et à nouveau, on apprécie les couleurs, vues sous un autre angle. C’est franchement une excellente randonnée à faire, accessible, magnifique et préservée. Un moment seuls au monde, sans croiser personne.

Le Parque Provincial del Aconcagua

D’Uspallata, on peut facilement rejoindre le Parque Provincial del Aconcagua. Là encore, la route est superbe. Sur la route vers l’Aconcagua, on souhaitait s’arrêter à Los Penitentes, décrit dans notre guide comme une station de ski vraiment sympa l’hiver. Si on imaginait quelque chose comme les stations dans les Alpes, on est surpris en arrivant ! Los Penitentes, c’est une route, un restaurant et quelques kioscos d’un côté, et quelques grands appartements de l’autre. C’est surtout un village complètement mort l’été. En sortant de la voiture, on ne trouve que des volets fermés, et un vent qui souffle fort. Avec en plus l’altitude, il fait vraiment frais. C’est calme. C’est vraiment calme. En fait, c’est presque mort !

Los Penitentes, seul au monde

Los Penintetes, ou comment se sentir seul au monde

On aperçoit finalement une personne, devant un refuge ! On s’approche, on y voit 4 jeunes. On demande si on peut entrer avec Hyouki : « Pas de problème, allez y! ». Ils nous proposent une grande tasse de café qui nous réchauffe et on profite des toilettes. On discute un peu, et les jeunes nous expliquent qu’ils gèrent l’endroit à l’année. Les deux périodes d’activité, c’est l’hiver, en juillet ou août, et l’été, à partir de mi-janvier. Sur les murs, on aperçoit des drapeaux d’un peu tous les pays, et ils nous expliquent en fait que chaque drapeau représente une expédition qui a atteint le sommet de l’Aconcagua et qui est venue dormir au refuge.

Refuge de Los Penitentes

On passe finalement la nuit dans le van, et si comme prévu, la nuit est fraîche, ça nous fait beaucoup de bien en comparaison de la chaleur qu’on a eue autour de Mendoza.

Le lendemain matin, les personnes du refuge nous proposent de venir prendre une douche, de profiter des commodités et même de venir faire notre lessive si on le souhaite. On apprécie, surtout que ce n’était pas évident de prendre une douche à Uspallata.

Finalement, on prend la route vers Puente del Inca à quelques minutes de route, un site naturel découvert par les Incas à l’époque, sur la route vers l’Aconcagua. En sortant de Los Penitentes, on s’arrête pour prendre un auto-stoppeur. Il est moniteur de ski l’hiver, et fait parti des quelques habitants de Puente del Inca. Il nous explique que si ici le vent souffle fort, c’est normal, c’est comme ça que la montagne a été forgée! Il nous remercie chaleureusement quand on le dépose finalement.

Puente del Inca est vraiment tout petit. Juste avant le site géologique à voir, on trouve quelques magasins très touristiques d’artisanats, un petit hôtel, et un ou deux bars restaurants. On arrive finalement devant le Puente del Inca, un pont naturel qui s’est formé grâce à l’eau très chaude qui circule en dessous et aux sédiments. L’eau provient de crevasses dans le sol, est réchauffée par la géothermie, et remonte finalement dans le lit d’un petit cours d’eau. La chaleur et les sédiments qu’elle transporte donneraient à priori des vertus thérapeutiques à cette eau. A tel point que dans les années 50, le site a même été aménagé par des hôteliers anglais en un spa qui profitait de cette source. Finalement, les coûts d’entretien énormes du complexe ont eu raison du spa. Si l’architecture est amusante, on s’interroge forcément sur l’impact d’un aménagement de ce type sur ce site. Aujourd’hui, il n’est d’ailleurs plus possible de traverser le Puente del Inca à pied pour le préserver.

Puente del Inca Aconcagua Cordillère

On remonte dans le van pour rejoindre notre destination finale : l’Aconcagua!

Parque Provincial del Aconcagua

Il n’y a que quelques kilomètres à faire de Puente del Inca pour rejoindre le parc provincial de l’Aconcagua. Quand on arrive sur le parking pour rejoindre le parc, on voit immédiatement que le site est interdit au chien. Dommage, on n’était pas certains. Il y a plusieurs balades à faire. Une première d’à peine 20 minutes, de laquelle on aperçoit le Colosse de l’Amérique. Une autre, d’une heure environ, qui est une petite boucle dans le parc, et qui permet d’avoir une meilleure vue sur l’Aconcagua. C’est aussi de là que partent les plus téméraires pour entreprendre une ascension plus entreprenante, avec des balades de 4 heures, 6 heures… voir plus si vous êtes préparés et que vous souhaitez atteindre le sommet.

Sur l'Aconcagua

Deuxième plus haut sommet au monde, l’Aconcagua culmine à 6 962 m. Surnommé le Colosse de l’Amérique, il se trouve à quelques kilomètres de la frontière avec le Chili, en pleine Cordillère. Il y a plusieurs théories sur l’origine de son nom, mais celle qui est reprise au sein du Parque Provincial est plutôt la contraction de deux mots d’origine Quechua qui signifient la Sentinelle de Pierre. Le site du Parque est ouvert du 15 novembre au 15 mars, et l’entrée coûte 20 pesos.

Puisque Hyouki ne peut pas venir, on effectue la balade d’une heure, l’un après l’autre. Le parc est vraiment agréable, avec quelques petits lacs avant d’arriver finalement devant LE spot pour voir l’Aconcagua. Si les quelques nuages dans le ciel donnent une dimension encore plus impressionnante au paysage, l’Aconcagua a été timide et on n’a pas réussi à apercevoir le sommet. Malgré tout, c’est vraiment une visite sympa à faire, et on y retournera surement à la fin de notre périple en Amérique du Sud, en redescendant de Bolivie pour rejoindre Santiago du Chili.

Parque Provincial del Aconcagua

Aconcagua, le colosse d'Amérique, randonnée et roadtrip

Autour d’Uspallata ?

On trouve aussi un dernier site autour d’Uspallata qui était fermé lorsqu’on a souhaité s’y rendre, le Cerro Tunduqueral. On peut y voir des pétroglyphes aborigènes, à priori correctement conservés, et le site en vaut la peine. Là encore, on s’y rendra probablement en retournant au Chili.

Si vous faites la route entre Mendoza et Santiago, on vous recommande donc vraiment de faire un arrêt à Uspallata pour prendre le temps de découvrir ces quelques endroits magiques !

Ça peut vous intéresser

Mendoza, la capitale du vin en Argentine Après nos péripéties à notre arrivée en Argentine, on s’est dirigés vers Mendoza, une grande ville dans la région Centre-Ouest très réputée pour les v...
7 fun facts sur les routes d’Argentine Les routes d'Argentine sont magnifiques. Elles sont toutes droites, très longues, très colorées. Quand on les emprunte, on se croit parfois seul au mo...

À propos de l'Auteur

29 ans, passionné de photos, de nouvelles technos et de voyages, je viens du Nord de la France. Citoyen du monde (j'aime bien le terme !), j'adore le plein air, les randonnées en montagne, les promenades le long des plages... Connectés Déconnectés, c'est un projet qui me passionne dans toutes ses dimensions. Un an de découvertes, de fun et d'aventures, avec Aude et Hyouki !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Fermer