Tour du monde avec son chien, roadtrip en Amérique du Sud avec son chien

Après notre petit crochet à Talca et Constitucion, la suite de notre itinéraire prévoyait de partir en Argentine, pour découvrir ce gigantesque pays. Si nous sommes maintenant bien arrivés en Argentine, avant d’arriver à Malargue – la première ville après le passage de la frontière – il nous a fallu traverser la Cordillère des Andes. Vertigineux, magnifique, merveilleux… on manque de qualificatifs, tant cette expérience nous a plu. On vous explique tout ça tout de suite !

Direction Laguna del Maule

Dans notre périple après notre arrivée, nous avions prévu de rejoindre Mendoza en Argentine, directement depuis Santiago du Chili. Mais, après avoir détaillé notre itinéraire à nos amis chiliens, ils nous expliquent qu’il est aussi possible de passer en Argentine depuis Talca, et qu’à mi-route, il y a un magnifique lac : la Laguna del Maule.
Un rapide coup d’oeil à Google Maps nous confirme que la route semble bien praticable, et qu’avant la montée on trouvera même un autre lac, la Laguna Colbun, dont les photos nous rappellent un peu les grands lacs du nord de l’Italie.

 

 

On se prépare alors à prendre la route, on dit au revoir à nos amis en se promettant de passer les revoir quand on remontera le Chili et on part, un peu tristes de les quitter mais impatients de découvrir la Cordillère.

 

La route s’offre à nous

Dès nos premiers kilomètres, on est en admiration. Sur une route à double sens avec une seule voie, on découvre le plaisir des grands espaces : la route est droite, et autour de nous, rien. Rien que la nature, à perte de vue. Une nature verdoyante, et la Cordillère des Andes qui nous fait face et qu’on admire.

 

Traversée la Cordillère avec un Chien - roadtrip, blog voyage, tour du monde avec un chien

 

On s’arrête à la Laguna Colbun, comme prévu, pour se dégourdir les jambes et permettre à Hyouki de courir un peu. Si elle a maintenant trouvé ses marques dans le van (comprenez par-là que pendant la route, elle monte sur le lit à l’arrière), elle est toujours contente de pouvoir faire une pause. On marche le long de la digue, au bord du lac, à simplement profiter du paysage, à discuter de ce qu’on a vu, à imaginer ce qu’on verra.

 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 

On remonte dans le van, et on reprend la route pour commencer l’ascension. S’il faisait chaud à la Laguna Colbun, plus on avance, plus on sent qu’à l’inverse, la température descend. Les arbres, les arbustes et la verdure disparaissent peu à peu. La montagne devient plus sèche, les pierres plus orangées. On poursuit notre route, et à chaque virage, on découvre une nouvelle carte postale. J’ai envie de m’arrêter à chaque kilomètre pour prendre des photos, mais la route ne nous le permet pas. On voit alors un mirador turistico. Cette fois, on réussit à stationner. Toujours en Tee-shirts depuis notre dernier arrêt, on est surpris par la température : le vent souffle et il fait froid ! On enfile nos vestes et on s’avance. On est saisis par ce qu’on voit. Les montagnes, les nuages, le soleil. Personne à l’horizon. Rien que nous, et la nature. On a l’impression d’être hors du temps.

 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 
 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 

On remonte dans notre camionnette, pour reprendre la route, et on parle à nouveau de ce qu’on vient de voir.  On s’aperçoit alors que la jauge d’essence diminue fortement, sans que cela nous inquiète, il y a probablement une station au poste frontière.
La route s’offre littéralement à nous dans les kilomètres qui suivent, et on est en admiration devant les paysages. On ne croise que quelques gros pickups, qui rejoignent les mines aux alentours. Peut-être des mines de cuivre, dont dépend l’économie du pays à 70%.

 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 

Laguna del Maule, perchée dans la montagne

Il fait maintenant presque nuit, et on est quasiment arrivés. On s’est entre temps arrêtés à un autre mirador, pour apprécier encore. A moins de 500 mètres de notre destination, on découvre ce qu’on pense être un péage. On ralentit alors, et à l’étage du bâtiment au milieu de la route, une personne nous fait des signes à la fenêtre. Il me parle en espagnol, mais je n’y comprends rien. Finalement, il descend, on s’arrête, et il nous explique que c’est le poste frontière du Chili ! Comme il est 21h30, il est fermé. On demande alors si on peut malgré tout dormir près du lac, comme prévu. « Si vous êtes courageux ! ». Quand on lui demande pourquoi il dit ça, il nous répond que les nuits sont très fraiches et qu’en général, les personnes qui se rendent à la Laguna n’y vont que pour la journée. Il nous prévient aussi qu’il faudra revenir le lendemain matin à 9h, à l’ouverture du poste frontière, pour nous enregistrer.

 

Vous pouvez y dormir si vous êtes courageux !

 

Il nous souhaite une bonne soirée, et on reprend notre route vers notre destination toute proche. Arrivés, on s’aperçoit qu’on n’y voit vraiment rien. On décide alors de redescendre un peu vers le poste frontière, pour profiter des commodités et minimiser notre impact sur l’environnement. Le lendemain matin, après les quelques formalités administratives très simples (contrôle de nos papiers, du véhicule, et du papier de l’immigration qui nous a été remis à l’aéroport), on remonte au lac. Cette fois, c’est la neige qu’on foule pour nous rendre au pied du lac. Hyouki est ravie ! On l’équipe, avec les accessoires que notre partenaire, Fenril.fr, nous a offert. Et on profite, tous les trois, à 3000 mètres d’altitude. Du paysage, de la quiétude, des oiseaux plein de couleurs. On apprécie nos jumelles. On apprécie surtout de pouvoir rire, jouer et courir tous les trois. On partage un petit plat qu’Aude nous a préparé. Et on se décide finalement à reprendre la route. On a adoré l’endroit, et on vous le recommande si vous avez l’occasion d’y faire un passage !

 

 
 

La route vers l’Argentine

On poursuit notre route vers le poste frontière Argentin cette fois-ci. On est tellement haut que la neige est partout autour de la route. On passe la frontière, à mi-chemin entre les postes de chaque pays, et nous voilà en Argentine. On commence à redescendre, et les paysages changent encore. La terre brunit. On croise quelques lacs, l’eau est presque vert émeraude. Finalement, l’asphalte s’arrête pour laisser place à une route en terre. On pense alors que les derniers kilomètres vont être longs, mais on est tellement en admiration devant ce qu’on voit qu’on se dit que ça nous laissera le temps d’apprécier. On croise des engins et des ouvriers, en train d’aménager la route. On croise aussi des chèvres sur le côté de la route. On trouve même un troupeau de chevaux sauvages en plein milieu de notre chemin, qui s’écarte pour nous laisser passer. Pas de doute, ici c’est bien la nature qui domine.

 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 

Par contre, notre jauge d’essence commence à vraiment être basse On s’inquiète un peu quand, sur notre application GPS, on s’aperçoit que la prochaine station essence est à 100km, à Malargue. Il nous reste au maximum de quoi faire 60km. On essaie de se rassurer en se disant que ça n’est surement pas à jour.

 

 

Mais arrivés au poste frontière argentin, on interroge l’agent qui contrôle nos papiers sur la station la plus proche : « Cien kilometros ». Petit moment de panique, on explique la situation. L’agent nous répond qu’il va passer quelques coups de fils, savoir si un petit commerçant pas loin n’a pas un peu d’essence. Finalement, quand il en parle avec l’officier de la douane qui nous contrôle à son tour, ce dernier lui indique d’aller chercher son pickup au parking. On ne comprend pas sur le moment, mais en fait il s’avère que cet officier vient d’expliquer à son collègue qu’il a un bidon de 15L dans son véhicule, et il lui a demandé de remplir notre véhicule avec. Avec une bouteille de Coca coupée en deux comme entonnoir, et un bâton à l’intérieur pour tenir le clapet du réservoir, l’agent nous vide le bidon. Enorme soulagement! On rachète finalement cette essence qui va nous permettre de reprendre notre route, et on remercie encore une fois ces deux premiers argentins qu’on croise de nous sortir de cette situation.

 

L’arrivée en Argentine

La suite de la route est magnifique. On ne voit plus passer les kilomètres, et, toujours rien d’autre que la nature à l’horizon. On a l’impression d’être dans l’Ouest Américain, ou en tout cas, la projection qu’on s’en fait. On voit même quelques carcasses de chevaux et de vaches sur le bord de la route. Et finalement jusqu’à notre arrivée – pour notre plus grand bonheur – seuls la nature et les paysages nous accompagnent.

 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 

Mais il nous est encore arrivé une dernière péripétie pour terminer cette traversée. Arrivés à Malargue, on décide d’aller diner dans un restaurant. On mange un repas très copieux, mais on est surpris par les prix, assez similaire à ce qu’on connaissait en France. On retourne finalement au van, et on ne réussit pas à démarrer. Je me souviens alors que, dans l’euphorie, j’ai complètement oublié d’éteindre mes phares, obligatoires ici sur toutes les routes. Et comme le van ne bipe pas à l’ouverture de la porte si on a laissé les feux allumés, je n’ai pas eu d’alerte. Forcément, la batterie est à plat. Aude me propose alors qu’on se rende au commissariat qui se situe à 100m de nous. J’hésite, mais finalement on décide de s’y rendre, puisqu’on n’a pas grand chose à perdre. Aude explique notre problème. Et là, on assiste à une scène surréaliste : le policier avec lequel on a parlé nous répond « Ah, c’est un problème pour notre technicien! ». Il passe une porte, crie un nom. Deux collègues arrivent, dont l’un qu’ils appellent le technicien, et qui me dit de lui donner les clés et qu’on va pousser le van! On pousse, à trois, il essaie de démarrer. Rien. On re-tente. Idem. On rigole tous, complètement essoufflés. Finalement, le technicien dit à son collègue d’aller chercher le pickup de police pour pousser notre van en se collant avec. Pendant qu’il part (et qu’on continue d’halluciner devant tant d’efforts pour nous aider), on discute un peu. On parle de notre voyage, on parle de football. Ils me disent « tu connais un club en Argentine ? ». Naïf, je réponds « River Plate ? », et là ils rigolent, appellent leur collègue sur la radio en disant « on annule tout, il ne connait que River Plate! ». Ils nous expliquent alors qu’ici, c’est Boca Junior, et que River Plate, c’est le club ennemi. Finalement leur collègue arrive, pousse avec le pickup. Ça ne marche pas, et son pare-choc se décroche un peu. Plein de ressource, ils arrêtent un gros pickup avec un énorme pare buffle pour réessayer. Cette fois ça marche ! On promet de soutenir Boca Junior, on les remercie, on fait une photo, et on part finalement dormir à la première station essence qu’on trouve.

 

Tour du monde avec un chien, roadtrip Amérique du Sud

 

L’aventure en Argentine commence fort, et on a pu apprécier par deux fois les gros coups de main des locaux et leur spontanéité. Argentine, nous voilà !

Ça peut vous intéresser

Voyager au Chili avec son chien Vous avez envie de dépaysement, d’histoire, de culture, de nature et de grands espaces ? C’est ce que le Chili va vous offrir ! En plus, vous avez de ...
Passer les fêtes en voyage Notre aventure a commencé le 11 novembre dernier, pour une durée d'un an. Un an de voyages et d'aventures. Mais aussi un an loin de nos proches et de ...

À propos de l'Auteur

29 ans, passionné de photos, de nouvelles technos et de voyages, je viens du Nord de la France. Citoyen du monde (j'aime bien le terme !), j'adore le plein air, les randonnées en montagne, les promenades le long des plages... Connectés Déconnectés, c'est un projet qui me passionne dans toutes ses dimensions. Un an de découvertes, de fun et d'aventures, avec Aude et Hyouki !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Fermer